Actualités

Projet Hôpital : communiqué et informations complémentaires

Die, le 31/03/2021

Une solution alternative pour l’hôpital à Die

La nouvelle municipalité, élue au début de l’été 2020, a pris connaissance de l’état d’avancement du nouvel hôpital, progressivement, au fil des réunions et commissions de travail. En effet, dès notre arrivée, nous souhaitions  participer à cette réflexion approfondie avec la structure hospitalière, les autorités de santé et l’État pour appréhender les choix effectués jusqu’à présent et contribuer à élaborer une proposition structurante pour le territoire et pour la ville.

Rappelons que 2017 a vu en même temps, la fermeture des services de maternité et de chirurgie de l’hôpital, et l’engagement pour la construction d’un nouvel hôpital,  annoncé par l’ARS ; l’option de la rénovation du site existant n’étant pas abordée.

La reconstruction sur le site actuel semblait pourtant une alternative sérieuse et aurait pu être mise à l’étude, d’autant que des travaux de rénovation des urgences étaient prévus et sont en cours de réalisation aujourd’hui. Nous n’avons pas pu obtenir de véritables études, seulement les conclusions et arguments qui ont amené à cette décision : la complexité de la rénovation sur un site en activité (déplacement des services et patients pendant les travaux), la non-compatibilité de certains des bâtiments existants avec les besoins des services, les limites d’extension et d’évolution future, les surcoûts estimés par rapport à une construction neuve …

Sous l’égide de M. le Préfet de la Drôme, un processus de concertation s’est ainsi engagé le 5 novembre 2020 dans le cadre du comité de suivi de l’offre de santé dans le Diois.  Il s’est fixé pour objectif de concilier le programme d’équipement hospitalier défini par l’hôpital, en recherchant une intégration optimale dans notre commune tout en préservant les surfaces agricoles. Dans le cadre de ce processus, la commune a proposé d’étudier deux nouvelles possibilités d’implantation : sur le site de la Chargière (les terrains restant à urbaniser) et le site de la ZAC de Chanqueyras (les terrains restant à construire).  Des analyses comparatives poussées, menées conjointement par les services techniques du centre hospitalier, de la Communauté des Communes du Diois et de la commune de Die, ont permis de mettre en évidence des atouts et contraintes pour les différents sites. Le document comparatif présenté en conseil municipal le 23 mars est accessible sur le site de la mairie de Die, dans l’onglet “Données publiques/Comptes-rendus conseil municipal/2021.

A l’origine, le site de Chamarges (environ 3 hectares de terre agricole achetés en 2020) avait été pressenti comme lieu d’implantation. Cependant, jusqu’à ce jour, aucune étude n’a été conduite qui aurait permis d’analyser ce site et ses contraintes. Le choix du site de Chamarges  imposerait la consommation de terres agricoles situées en dehors des zones urbaines existantes en contradiction avec les orientations du plan Biodiversité présenté par le gouvernement le 4 juillet 2018 « Zéro Artificialisation Nette » (ZAN). Selon l’avis des services de l’État compétents (Direction Départementale des Territoires) une telle implantation à Chamarges est contraire à ces orientations.

Le site de la Chargière a été écarté pour plusieurs raisons : la limite de surface et l’enclavement des terrains potentiellement disponibles. Les contraintes liées à l’accessibilité, à la circulation, ou encore à la gestion des eaux pluviales.

Le site de la ZAC de Chanqueyras est apparu comme une alternative crédible et réaliste. Il s’agit du seul secteur urbain existant à Die susceptible d’accueillir un tel équipement. Plusieurs facteurs faciliteraient cette installation :

– La commune est propriétaire des terrains.

– La ZAC est ouverte à l’urbanisation (zone 2AUa du Plan Local d’Urbanisme). Cela entraînera des procédures de mise en conformité moins lourdes et plus rapides à réaliser (modification simplifiée du PLU et de la ZAC, étude environnementale en partie réalisée, fouilles archéologiques déjà menées …).

– L’opération ZAC a été conçue pour accueillir 250 à 300 logements ;  77 sont réalisés ou programmés,  200 logements restent à construire ; les flux générés par l’activité hospitalière doivent être comparés  à ceux issus des logements restant à construire.

– La viabilisation du site est en grande partie réalisée. La ZAC est également desservie par la route départementale 93 et se trouve plus facilement accessible pour la majorité des communes du territoire Diois ;  un travail sera mené par ailleurs pour améliorer les mobilités entre le centre ville et Chanqueyras en termes de voirie et de modes de déplacement en lien avec le réaménagement de l’avenue de la division du Texas.

  • – La proximité de la maison de santé et de la caserne des pompiers

– La superficie disponible permet des perspectives de développement et d’évolution du projet de soins hospitalier.

Nous participons donc de manière active et positive à la réflexion pour la réalisation de ce nouvel équipement essentiel au Diois. Mais nous tenons à rappeler que la ville n’est pas le maître d’ouvrage. Notre souhait est de faire avancer le projet pour un hôpital rénové et moderne répondant au mieux aux besoins du territoire.

Si le choix de Chanqueyras est confirmé, la commune de Die sera aux côtés de ses partenaires pour réussir le projet de nouvel hôpital dans le Diois. Une concertation sera menée avec les habitant-e-s et les riverain-e-s afin de garantir la meilleure intégration de cet équipement de santé au sein du quartier, de la ville et du territoire.

Par ailleurs, la commune et la communauté des communes souhaitent continuer le travail de réflexion sur l’offre de soins hospitalière en concertation avec l’ARS, les instances du centre hospitalier, les médecins et soignants de l’hôpital et du territoire dans le cadre du Contrat Local de Santé et de la commission santé de la communauté de commune.

Enfin, le projet de nouvelle construction et le projet de restructuration du site existant ne peuvent être dissociés. Les études et les montages de financement pour la restructuration du site doivent être menés conjointement à la construction du nouvel hôpital, avec l’aide des services de l’État et en associant les habitant-e-s. C’est un enjeu majeur pour la ville de Die qui nécessitera un travail de réflexion citoyenne et participatif.

L’équipe municipale